Hernie et éventration

Les hernies inguinales

Une hernie est une protrusion pathologique au travers de la paroi abdominale. Les hernies inguinales représentent les trois-quart des hernies. Elles touchent un homme sur 4 au cours de sa vie. Elles sont moins fréquentes chez les femmes. Sa fréquence s’accroît nettement avec l’âge. La hernie inguinale se fait dans le canal inguinal ou directement par une ouverture des muscles de la paroi abdominale. 

La hernie inguinale se manifeste par une tuméfaction sous cutanée au niveau de l’aine. Les facteurs favorisants sont le port de charges lourdes, la toux chronique, le prostatisme et la constipation.

L’analyse biochimique et immunohistochimique de la gaine du grand droit et du fascia transversalis chez l’adulte prouve qu’un dysfonctionnement du tissu connectif joue un rôle dans la genèse de la hernie inguinale. Le concept contemporain de la biologie de la hernie tient pour responsables les perturbations du métabolisme du collagène pour les taux élevés de récidive. Les dysfonctionnements de la matrice du collagène expliquent aussi l’incidence élevée des hernies multiples et les taux de récidive considérables des techniques non prothétiques. Par conséquent, le renforcement de la paroi défaillante avec du matériel alloplastique devient impératif, du moins pour une partie des malades. Les investigations morphologiques et moléculaires chez des patients présentant une pathologie herniaire soulignent une guérison altérée des plaies et font supposer que les traits génétiques pourraient prédisposer la formation de hernie.

Une fois la hernie constituée, l’augmentation progressive de son volume est la règle, mais s’observe avec une vitesse d’évolution variable. La guérison sans opération n’existe pas. L’évolution naturelle est une gêne croissante avec le temps. L’étranglement herniaire est le risque évolutif majeur : c’est l’incarcération de l’intestin dans la hernie. 

Etranglement d’un segment intestinal dans l’orifice herniaire.

Le traitement curatif d’une hernie de l’aine est chirurgical. La réduction de la hernie et sa tentative de maintien par un bandage herniaire n’est pas une option thérapeutique à retenir aujourd’hui. Une abstention thérapeutique ne peut être proposée qu’à l’issue d’une consultation chirurgicale. 

Il existe deux types de réparation d’une hernie inguinale. Soit les raphies, suture des structures musculo-aponévrotique (Schouldice, Mac Way, Bassini). Soit les plasties prothétiques avec mise en place d’une prothèse pré-musculaire (Lichtenstein) ou rétro-musculaire(par voie cœlioscopique, Rives, Stoppa).

            Ces techniques chirurgicales sont réalisables en ambulatoire. L’immobilisation après l’intervention est de 10 jours à 4 semaines voir plus en fonction de la profession du patient. Il est conseillé d’avoir des activités normales en évitant le port de charges lourdes (plus de 5 kg). Les techniques modernes de réparation avec prothèse ont permis de réduire le risque de récidive à 1-2 %. En revanche, la survenue de douleurs chroniques constitue à l’heure actuelle la principale préoccupation des chirurgiens spécialisés. L’utilisation de la cœlioscopie, l’absence de suture et d’agrafe permet de réduire les douleurs post opératoires. La réhabilitation post opératoire rapide permet de réduire le risque de douleur post opératoire.

Traitement d’une hernie inguinale gauche par voie cœlioscopique.